Le féminisme transcendantal

Sylvain Saubier, http://systemicresponse.com

17 janvier 2015

Voici une vidéo où Ali Hosseini Khamenei (علی حسینی خامنه‌ای), plus haut membre du clergé chiite et Guide Suprême de la République Islamique d’Iran, disserte sur sa vision des femmes en Iran et dans le monde islamique.

C’est une vision très intéressante, très honorable mais malheureusement, me semble-t-il, aussi trop idéaliste.
Je doute fort que le physique ne soit pas une caractéristique essentielle de la nature féminine ; cette question concerne des notions anthropologiques et biologiques que notre raison ou notre humanisme aveugle peut avoir bien du mal à admettre ou saisir. On remarquera la définition très singulière (mais non moins juste) qu’il y fait de la nature fine et dissimulée (pour ne pas dire voiléehumour) de l’interaction femme-homme (que les habitués de la manosphere anglaise connaissent).
En outre, il est indéniable que le péché de luxure est aujourd’hui une tare occidentale dont nous aurions bien tort de nous vanter.

D’après ma propre (petite) expérience et ce que j’ai pu en entendre, les femmes jeunes du Moyen-Orient, même religieuses, ne sont pas fondamentalement différentes des femmes occidentales vis-à-vis des hommes ; je doute donc que le constat soit différent pour les hommes… et, là aussi, l’expérience que j’en ai eu tend à montrer qu’il ne l’est pas.
Il est cependant indéniable que la dimension religieuse sert une fidélité extraordinaire : les taux de parents par foyers dans le monde musulman (et en Israël juive) sont parmi les plus hauts du monde1. En somme, le religieux rappelle à l’ordre, pour le meilleur.

Ce qu’on peut en dire en tout cas, c’est que sur les 8 pays consultant le plus de matériel pornographique, 6 sont musulmans2 (!). On peut aussi dire que les divorces en Iran sont en hausse de manière assez tragique, ce qui inquiète les autorités (qui comptent créer un site de rencontres officiel3).
Néanmoins, il serait intéressant d’avoir plus de statistiques sur la séduction et les rapports inter-sexes dans le monde musulman (peut-être est-ce un veux pieux…).

On peut aussi remarquer que l’éducation des femmes en Arabie Saoudite4 et en Iran est très importante, à tel point que certains se demandent si elles ne seraient pas “trop éduquées”5.


Il faut faire attention à ce que le manque de réalisme, le surplus de bonté et la pression morale (lois sur la chasteté, etc.) ne plongent pas l’Iran, et plus largement les pays musulmans, dans le reniement de leur foi et de leurs principes moraux.
On pourrait qualifier cette vision, dont seuls les nobles dirigeants et peuple de la Perse contemporaine sont capables, de “féminisme transcendantal” ; un oxymore qui, tôt ou tard, rappelle toujours les sens à la raison (ou la raison aux sens).

Une petite iranienne en tchador, © Ziyah Gafic.
Une petite iranienne en tchador, © Ziyah Gafic6.


  1. http://worldfamilymap.org/2014/e-ppendix/figure3

  2. http://www.muslimsandtheworld.com/do-muslims-watch-pornography/ ; http://www.salon.com/2015/01/15/why_porn_is_exploding_in_the_middle_east_partner/

  3. http://lci.tf1.fr/monde/moyen-orient/en-iran-un-site-officiel-de-rencontres-va-voir-le-jour-8547914.html

  4. http://www.ideationcenter.com/media/file/Womens_Education_in_SaudiArabia_Advance_Look_FINALv9.pdf

  5. http://www.brookings.edu/research/opinions/2008/03/05-education-salehi-isfahani

  6. http://www.ziyahgafic.ba/photo.php?id=9